, Le blog de Denis

En vrac et dans le désordre mes petites news de la rentrée

 Les Berges de Seine

Je délaisse un peu mon blog ces derniers temps pour pas mal de raisons, d’abord c’est l’été après l’heure et le soir je profite des derniers rayons du soleil avant de plonger dans l’hiver, le froid, la nuit, toussa.

Et en ce moment les Berges de Seine sont assez agréables, tout cet espace aménagé avec nos impôts alors que finalement le soir il y a très peu d’activités par contre les bars et restauration privés il y en a partout. Mais j’ai promis de ne plus parler de politique ici, ce qui est dommage vu l’actualité brûlante de cette rentrée. On en arrive à un point où l’on ne sait même pas s’il faut en rire ou en pleurer car avec ce gouvernement on touche vraiment le fond.

Sinon j’ai enfin cédé à la tentation de la tablette et acheté un Ipad Air. Objet génial pour la consultation mais peu créatif. Je me vois mal écrire mes articles et encore moins retoucher mes photos dessus, mais c’est tellement fabuleux comme objet et je me gave de e-books et de e-magazines ! J’ai dû télécharger de quoi lire pendant 5 ans. Et oui, je me mets au livre numérique, on pourra dire que je ne suis vraiment pas un early adopter, j’ai tout après tout le monde, alors vous imaginez que la sortie de l’Iphone 6 cela m’en touche une sans faire bouger l’autre…

J’ai aussi trouvé un surmatelas à mémoire de forme digne des plus grands hôtel Hilton. Avec ça et mon Ipad je vais vivre comme Alexandre le bienheureux, amis IRL vous n’êtes pas prêt de me voir, surtout après mon gavage de cet été qui me force à me retrouver encore au régime. Il suffit de voir les photos de mon week-end dans un camp naturiste pour comprendre…

J’ai refait mon photos blog depuis quelques mois, mais je ne vous en ai jamais parlé ici, enfin je ne m’en souviens plus. J’ai acheté un template assez sympa qui me permet de présenter des photos en plein écran et adapté pour les mobiles et les tablettes. Il y a plusieurs galeries thématiques comme l’île Maurice, mon Paris ou mes balades et une rubrique projets ou j’essaye de travailler sur des thèmes précis. J’écris aussi quelques articles sur la photo mais assez rarement, je n’ai pas la capacité d’alimenter deux blogs. Bref, la photo me passionne toujours autant et depuis que j’ai mon Lumix GX7 j’ai toujours un appareil à portée de main et je conserve mon reflex pour mes balades.

J’avais commencé une rubrique mode il y a deux ans, mais j’ai trop la flemme de faire des photos, je ne sais pas comment font les blogueuses mode pour sortir autant de clichés d’elles ? Pourtant c’est dommage j’ai un dressing qui en ferait pâlir plus d’une.

Je ne parle plus de la rentrée scolaire de ma fille car cela fait longtemps que je n’ai plus le droit de l’accompagner au collège je ne voudrais pas la ficha, c’est triste ;)


Ma première expérience naturiste à Héliomonde

heliomonde
Je cherchais une idée de dernière minute pour passer le week-end du 15 aout hors de Paris mais malheureusement tout ce que je voulais faire était complet. Et voilà qu’une vieille idée resurgit : si on allait passer quelques jours dans un camp naturiste ?

J’avais déjà fait du nudisme sauvage sur des plages désertes mais jamais en groupe au milieu d’inconnus. Et il y a une énorme différence entre s’allonger nu sur sa serviette en faisant des allers-retours rapides dans l’eau et se balader à poil 24h sur 24 comme si de rien était en essayant de regarder les gens dans les yeux.

Nous avons donc passé deux nuits dans le camping d’Héliomonde à Saint-Chéron à une cinquantaine de kilomètres de Paris.

Facile d’accès avec le RER C, après une vingtaine de minutes de marche on arrive au camping. On nous remet les clés et on nous explique les règles de vie. La nudité est obligatoire dans tout le centre en fonction des conditions météo et elle est obligatoire quoi qu’il arrive au bord de la piscine.

Pour moi c’était une première dans un camping, je découvre un bungalow plutôt fonctionnel en très bon état avec un petit jardin. Une fois nos affaires rangées (ce qui fut rapide vu le peu de vêtements emportés), c’est le moment où il faut se déshabiller.

Il ne faut pas trop réfléchir. Je me mets nu avec uniquement une paire de basket aux pieds et une serviette de plage autour du cou et je pars en éclaireur en direction de la piscine.

Cela fait vraiment bizarre de marcher à poil dans un si grand espace. Je croise des campeurs encore habillés en train d’installer leur tente. Je les salue d’un timide bonjour et je rejoins la piscine.

Il y a une trentaine de personnes nues au bord en train de lézarder au soleil de tout âge, j’ai l’impression que tout le monde me regarde et je ne suis pas super à l’aise, surtout qu’après mes vacances en Bretagne et ses nombreux barbecues/apéros je suis à mon poids maximum (mais ici je ne déborde pas dans mon maillot).

Je pose ma serviette et je plonge dans la piscine, au moins on se sent moins vulnérable et c’est tellement agréable de nager nu en toute liberté.

Forcement avec la fraîcheur de l’eau, en sortant je ne suis pas vraiment à mon avantage mais je commence à me détendre et personne ne fait attention à moi. Je me sèche rapidement et je retourne au bungalow chercher Sylvie pour lui expliquer qu’il n’y a rien à craindre….

Comme la majorité des femmes elle préfère garder un tee-shirt pour se promener alors que les hommes sont souvent intégralement nus, surement une question de frilosité…

Nous passons la journée à la piscine où contrairement à ce qui avait été annoncé nous avons eu un temps magnifique.

Les appareils photo et téléphones portables sont interdits pour des raisons évidentes, ce qui rend l’ambiance beaucoup plus agréable, on n’est pas obligé d’écouter les conversations téléphoniques de nos voisins. Et c’est très bien surveillé, on en a vu quelqu’un se faire exclure à cause de ses regards trop insistants car il n’a pas su faire la distinction entre sexe et naturisme.

On a beau dire que personne ne fait attention à vous, il y a quand même pas mal de regards qui se croisent et ça mate pas mal. Mais c’est plutôt cool et pas du tout malsain. Une fois que l’on a vu la personne nu on passe à autre chose.

A ce sujet, pardon pour la qualité de mes photos, je sais que vous êtes déçus ;) mais sachant que c’était partiellement interdit je n’avais pas emporté mon Lumix seulement un petit appareil compact d’appoint.

Le soir à l’heure de l’apéro on croise des puristes qui restent nus et d’autres qui se sont habillés pour l’occasion, c’est plutôt rigolo car personne ne se pose de questions et chacun fait comme bon lui semble dans le plus grand respect de la liberté d’autrui.

Nous rentrons prendre une douche dans notre bungalow, et j’apprécie de ne pas avoir à fermer les rideaux de la chambre en sortant de la douche, je vais même me sécher à poil dehors sur la terrasse. Peu importe le regard des voisins pour une fois que le vis à vis n’est gênant…

Le lendemain on a passé la journée au bord de la piscine, et comme la météo n’annonçait pas un temps terrible nous avions oublié crème solaire ce que je l’ai un peu regretté car certaines parties de mon corps n’avaient pas l’habitude de voir le soleil…

A Héliomonde il n’y a pas de supérette ce qui est dommage d’une part car c’est pratique et de l’autre cela m’aurait beaucoup amusé d’aller choisir mes fruits et légumes nu comme un vert comme on peut le voir dans les reportages sur le naturisme à la télé.

Le dernier jour on s’est fait une randonue dans la forêt, c’est plutôt marrant, surtout quand on croise d’autres personnes et que l’on discute de l’itinéraire le cul à l’air comme si de rien n’était.

denis-naturiste

Mon avis sur cette première expérience naturiste

Pour une première expérience dans un camp, c’est plutôt réussi, vu que je n’avais jamais fait de glamping, ni de naturisme, le changement a été radical et j’ai complètement déconnecté de mon quotidien parisien.

J’ai adoré l’ambiance et les gens avaient l’air sympa. On se sent en sécurité par rapport aux voyeurs (pas envie de retrouver des photos de nous sur des forums ou dans le cloud…). Le personnel est cool et le centre propre et bien géré. C’est calme, en pleine nature avec de nombreuses activités sportives.

Par rapport à la nudité on se sent vite à l’aise même si je pense qu’il faut un peu plus de temps pour ne plus y penser du tout car la pudeur est le résultat d’un conditionnement dont il est difficile de se défaire rapidement.

Mais dans l’ensemble j’ai adoré l’expérience.

On a le sentiment de vivre en autarcie coupé du monde, d’ailleurs beaucoup de naturistes passent leur vacances exclusivement dans des camps pour se préserver des regards, c’est un style de vie vraiment à part, peu compatible avec notre société moderne.

Héliomonde est le seul centre de la région parisienne et c’est une excellente adresse pour débuter car on peut y venir à la journée et c’est aussi un havre de paix pour les naturistes qui ne possèdent pas de jardin sans vis-à-vis et veulent passer un week-end nu entre amis pour renouer des liens avec soi les autres et la nature.

Et vous le naturisme, on ouvre le débat, vous pratiquez, vous y pensez, c’est une expérience qui vous tente ou c’est un sujet tabou ?


Nos vacances dans le Golf du Morbihan

Ce sont nos deuxièmes vacances l’été dans le Golf du Morbihan sur la presqu’île de Rhuys. La dernière fois c’était il y a 7 ans, nous étions chez Pierre et Vacances au port du Crouesty où nous avions passé un très bon séjour malgré une météo assez capricieuse.

Ensuite nous avons privilégié la Méditerranée ou l’océan Indien pour être sûr d’avoir du beau temps.

Mais l’appel de la Bretagne est toujours plus fort et nous avons décidé d’y retourner.

La vue depuis notre maison à Kerners

La vue depuis notre maison à Kerners

Cette année nous sommes passé par Homelidays pour louer une magnifique maison du côté de Kerners avec vue directe sur le golf. Il y avait même un escalier en pierre au fond du jardin qui nous emmenait directement sur une petite plage. Un cadre de rêve pour des vacances familiales exceptionnelles.

Quel bonheur le soir de prendre l’apéro en préparant un barbecue face à une très jolie vue. Et comble de chance nous avons eu du soleil tous les jours grâce à un micro climat.

La grosse nouveauté a donc été la découverte des plages Bretonnes que nous ne connaissions pas.

plage-bretagne

La plage du Rohu près de Saint-Gildas-de-Rhuys

J’ai donc usé l’unique maillot de bain que j’avais pris au cas où et qui finalement ne m’a pas quitté du séjour ainsi que mes bermudas, les pulls, bottes et pantalons sont restés dans la valise.

Nous avons passé beaucoup de temps à lire et à se reposer sur la plage du Fogeo car elle est agréable et très grande. Sous le soleil l’eau possède une couleur magnifique, presque autant que la plage du Rohu près de Saint-Gildas-de-Rhuys qui me faisait penser aux plages de Sardaigne avec son eau transparente.

La comparaison avec la Méditerranée s’arrête là car putain qu’est-ce qu’elle est froide ! 19° faut avoir les couilles bien accrochées avant de rentrer dans l’eau.

Progressivement j’ai réussi à rester de plus en plus longtemps. De 2 secondes, je suis passé à 4 puis 10 et le dernier jour j’ai dû nager au moins une minute tellement elle était bonne…

fogeo

La plage du Fogeo

La Bretagne ce sont aussi des vacances sportives et on a commencé très fort avec une partie de pêche organisée par le propriétaire de notre maison. Il nous a emmenés en bateau sur ses spots et on a ramené 30 dorades et deux bars en l’espace de trois heures… La vraie pêche miraculeuse qui nous a permis de remplir le congélo.

J’ai aussi tenté de lutter contre ma peur du vide en faisant de l’accrobranche à Penvins pour accompagner ma fille en haut des arbres. Même si le parcours est vraiment génial avec de nombreuses Tyroliennes et que l’on évolue en toute sécurité, quand on a le vertige on ne peut pas faire grand-chose surtout avec les genoux qui tremblent sur les passerelles.

stand-up-paddle

Stand Up Paddle sur le Golf du Morbihan

Nous avons aussi fait du Kayak dans le golf du Morbihan avec Kerners Kayak et là aussi la météo était de la partie. Malgré le courant assez fort à marée basse on a pu aller jusque dans le sud de l’île aux Moines et c’était sublime. Ils organisent aussi des stages de Stand Up Paddle qui m’auraient bien tenté mais je n’avais pas envie de tomber de l’eau.

Ma fille a fait une longue balade à cheval sur la plage et a passé quelques journées aux Sentiers du Riellec, un club d’équitation qui visiblement n’était pas mal.

La Bretagne est le paradis des photographes avec ses lumières changeantes et ses paysages de cartes postales. J’adore Port Navallo pour son charme et son ambiance très calme ainsi que  Port aux Moines un tout petit port taillé dans la roche du coté de Saint-Gildas-de-Rhuys.

coucher-soleil

Coucher de soleil sur le plage du Tréno

Et bien sûr le port du Logeo pour ses couchers de soleil magnifiques. Mais pour les photos la palme revient à la plage du Tréno car le soleil se couche juste en face et au premier plan il y a un parc à huîtres. Amis photographes, c’est THE SPOT au coucher du soleil.

Nous avons évidement passé pas mal de temps à table à faire griller au barbecue le poisson que nous avions pêché, mais aussi des sublimes brochettes marinées achetées chez le boucher du Bourg juste en face de la boulangerie qui vend d’excellents kouign amann, bref on a prix des kilos !

On était tellement bien que nous ne sommes quasiment pas allé au resto. Sauf à la crêperie de Sarzeau : Les pieds dans le plat que nous connaissions déjà et qui surpasse de nombreux restaurants à touristes de la région.

port-crouesty

Le port du Crouesty

Le port du Crouesty n’a aucun charme, c’est plutôt pour faire un peu de shopping ou manger un cornet de Frites à la Belge chez Couleurs Sucre et Sel (34 Quai des Voiliers), le meilleur endroit aussi pour prendre une glace ou des chichis.

Bref, deux semaines de vacances, c’est vraiment trop court car je déconnecte vraiment uniquement la deuxième semaine et il y a tellement de choses à faire et à voir en Bretagne.

A ce propos si vous partez dans le coin, je vous conseil vivement le Routard Golf du Morbihan et de la presqu’île de Rhuys. Il est difficile à trouver à Paris car il est tout petit et trop ciblé, mais vous le trouverez là-bas dans toutes les librairies et bureaux de presse.

Je vous laisse découvrir mes photos de la presqu’île de Rhuys 2014 que vous pouvez comparer avec celles de 2008.

Et vous vos vacances c’était comment ?


Pause lecture pendant les vacances

Pause lecture pendant mes vacances

J’ai profité de cette petite pause estivale en Bretagne pour rattraper mon retard en lecture accumulé ces derniers mois. C’est tellement agréable de lire sur la plage, surtout que nous avons eu un temps vraiment canon dans le Golf du Morbihan qui incitait au farniente.

Inferno de Dan Brown

Sorti en poche au début de l’été, j’ai enfin retrouvé le plaisir de lire un excellent Dan Brown dans la lignée du Da Vinci Code ou d’Anges et Démons, car ses derniers livres ont plutôt été une déception pour moi.

Dans Inferno on retrouve encore Robert Langdon plongé dans une nouvelle aventure qui l’emmène du côté de Florence. On retrouve les symboles qui nous plongent dans une histoire haletante qui va nous mener dans l’enfer de Dante. Franchement celui-là est vraiment bon et je vous recommande de lire Inferno de Dan Brown !

Kaïken de Jean-Christophe Grangé

Je suis un grand fan de Grangé et j’ai lu tous ses livres mais pour une fois j’ai eu du mal avec Kaïken.

L’histoire est curieuse, la trame assez bizarrement ficelée avec cette seconde partie plutôt déroutante, bref comme c’est difficile de vous en parler sans spolier je ne vais pas insister plus longtemps. Je vous laisse vous faire une idée vous même.

Complètement cramé de Gilles Legardinier

Bon soyons honnête c’est la couverture et le résumé du livre qui m’a donné envie de lire ce bouquin. J’avais même lu quelques critiques plutôt élogieuses sur des blogs.

Ok ce n’est pas mal écrit, mais c’est un peu la la psychologie facile, qui m’a curieusement fait penser à Laurent Gounelle (ou Denis Bouley et son livre sur le bonheur).

Mais les personnages sont attachants, on ne s’ennuie pas et c’est plutôt drôle. En fait je n’arrive pas à avoir un avis tranché sur ce livre. Je l’ai proposé aux membres de ma famille cet été mais vu ma tête et la motivation que j’ai eu à le lire cela ne les a pas incité. Si vous l’avez lu, je veux bien savoir ce que vous en avez pensé ?

J’ai d’autres livres dans ma valise, mais l’été n’est pas terminé.


Avis sur le Panasonic Lumix GX7

Avis sur le Panasonic Lumix GX7
J’en avais envie depuis très longtemps car je suis faible et qu’en ce moment on entend parler des hybrides un peu partout dans les revues photographiques et sur le net.

Le principal avantage de ce type d’appareil comparé à un reflex, c’est son poids et son encombrement, je peux le trimbaler dans un sac normal ou une besace et le garder ainsi toujours sur moi, contrairement à un reflex et ses objectifs qui impose obligatoirement un sac photo qui peut vite vous ruiner un look…

L’autre énorme avantage, c’est sa discrétion pour faire de la photo de rue car les gens sont beaucoup moins méfiants vis-à-vis d’un mec qui cadre approximativement sur son hybride que quelqu’un qui les vise avec un énorme objectif.

Je voulais aussi essayer une autre approche de la photo. J’ai donc craqué sur le Panasonic Lumix DMC-GX7 et son objectif fixe le 20mm f/1.7.

Ce qui m’a motivé mon achat c’est avant tout son viseur, numérique certes mais un viseur quand même, de plus il est orientable à 90° ce que j’apprécie beaucoup. Je voulais aussi un appareil qui shoot en RAW.

C’est donc le combo viseur + Raw qui m’a convaincu, pour le reste j’avais lu pas mal de tests positifs sur le Lumix GX7. Et puis disons le, il a un petit look vintage plutôt cool qui plait beaucoup surtout en version argent. Il possède une très belle finition. De plus il y a des accessoires pour le personnaliser comme cet étui en cuir qui me fait de l’œil…

Premières impressions

Les premiers tests se sont révélés assez bluffants au niveau qualité. En même temps vu le prix plutôt élevé de cet appareil le contraire aurait été très décevant. Son nouveau capteur LiveMos de 16 millions de pixels y est pour beaucoup.

La bonne nouvelle c’est qu’il se comporte vraiment bien en basses lumières surtout avec le 20 mm f/1.7. Parfait pour la photo de nuit ou des photos de soirées.

On retrouve la simplicité d’un petit compact mais avec une qualité optimale digne d’un appareil haut de gamme.

Il y a de nombreuses façons de le personnaliser pour utiliser les réglages les plus pertinents selon ses propres besoins et habitudes. Par contre, il vaut mieux connaître les rudiments de la photographie pour le maîtriser vraiment et en tirer la substantifique moelle. On retrouve les modes classiques comme la priorité vitesse, priorité ouverture, programme mais aussi un mode créatif avec pas mal de filtres assez cool et un mode panoramique plutôt efficace.
Et il fait bien sûr de la vidéo en Full HD.

J’ai pris assez rapidement de mauvaises habitudes en me servant souvent du mode automatique qui est plutôt performant, c’est peut être psychologique mais j’ai moins l’impression de faire de la photo avec ce genre d’appareil. Disons que c’est une autre approche.

Une autre chose qui m’a complètement séduit, c’est l’avantage d’avoir une connexion wifi ou NFC pour partager et piloter ses photos avec un smartphone.

Sur mon compte Instagram, je fais désormais presque toutes mes photos avec le lumix.

L’inconvénient c’est que pour partager ses photos, il faut obligatoirement utiliser le JPG. Pareil pour les filtres créatifs, il n’y a pas la possibilité de convertir directement un RAW en JPG sur l’appareil. Du coup je shoot en RAW+JPG au cas où, et au moment de l’importation sur mon ordinateur je ne sélectionne que les RAW. C’est une petite gymnastique en plus mais comme ça je conserve tous les avantages de Lumix et ses possibilités de partage et de créativité.

 je peux piloter mon appareil photos avec mon Iphone

Encore mieux, je peux piloter mon appareil photos avec mon Iphone. Imaginez vous avez le Lumix en bandoulière autour du coup pendant que vous êtes le nez sur votre smartphone, personne ne soupçonne qu’en fait vous êtes en train de photographier. J’ai fait des photos assez sympas dans le métro de cette façon qui auraient été impossible à réaliser avec un reflex sans se faire griller. Plus je l’utilise plus je découvre de nouvelles possibilités de faire de la photographie.

Pour les visites dans les musées ou des soirées, c’est largement suffisant tout en conservant une excellente qualité.

Couplé avec l’objectif 20 mm f1,17 on obtient une très belle profondeur de champs permettant de faire de jolis flous en arrière plan. Il possède un bon piqué et une excellente luminosité.

Chez Panasonic le 20 mm est l’équivalent d’un 40 mm, pas forcement idéal pour le portrait. C’est vraiment un objectif destiné à la photo de rue et d’ambiance. Si vous voulez un zoom plus standard il existe le H-PS14042E-K Objectif 14-42 mm F3.5-5.6 qui a l’avantage d’être au format pancake car cela serait dommage de mettre un gros zoom sur un appareil aussi discret.

Les points faibles sont le prix quand même assez élevé pour ce type d’appareil, même si c’est vrai qu’il embarque pas mal de fonctionnalités et qu’il reste d’une qualité irréprochable.

Et l’autre point c’est la faible autonomie de la batterie. Il est obligatoire d’en acheter une deuxième pour ne pas tomber en panne en milieu de journée. La bonne nouvelle, c’est que vous avez des batteries génériques beaucoup moins chères que celles de la marque Panasonic qui ont exactement la même autonomie.

Verdict

En conclusion je suis plutôt satisfait car le Lumix GX7 remplit parfaitement son rôle d’appareil d’appoint et je découvre une autre approche de la photographie.

Par contre, hors de question d’abandonner mon reflex. D’abord car même si le Lumix est excellent, il est un cran au dessous de mon reflex. Et d’autre part on ne fait pas le même type de photos. Impossible par exemple de faire de la pose lente et les sensations ne sont pas les mêmes, on se sent moins créatif.

Vous pouvez voir sur mon photos blog mes premiers tests du Panasonic Lumix DMC-GX7 avec le 20mm f/1.7

N’hésitez pas à me poser des questions si vous possédez un reflex et que vous comptez acheter un hybride.


Exposition Il était une fois l’Orient Express

Il était une fois l'Orient Express à l’institut du Monde Arabe

Il y a une magnifique exposition actuellement et jusqu’au 31 août 2014 à l’institut du Monde Arabe sur l’histoire du légendaire train l’Orient Express.

La visite se déroule en deux temps, d’abord on patiente un peu (succès oblige) pour découvrir par groupes de 10 personnes les vrais wagons qui sont installés sur le parvis du musée. On peut donc voir les couchettes, le bar, les salons à l’atmosphère luxueuse et feutrée.

Le tout est scénarisé mais je préfère ne pas vous en dire plus mais c’est extrêmement bien mis en scène pour se plonger dans l’ambiance de l’époque.

Dans un wagon de l'Orient Express

On peut admirer les panneaux de verre soufflé enchâssés de René Lalique dans des boiseries en acajou. Il faut aimer la décoration des années 30, mais on s’imagine traverser l’Europe dans des confortables fauteuils en bénéficiant d’un service digne des plus grands Palaces. Si les critères de confort et de luxe ont terriblement évolués, ça laisse rêveur et donne terriblement envie de voyager en train dans ces conditions.

La deuxième partie se déroule à l’intérieur de l’Institut du monde arabe sur deux niveaux, pour découvrir des objets, des affiches, des films documentaires pour comprendre l’histoire de ce train de légende et comment son créateur Georges Nagelmackers à réussit son pari complètement fou, car l’Orient Express traverse de nombreux pays pour relier Calais Constantinople (actuellement Istanbul en Turquie).

 A l’intérieur de l’Institut du monde arabe

Pour information un voyage coûtait l’équivalent de 25 000 €, autant vous dire que ce n’était pas pour n’importe qui.

Il y a 900 m² d’exposition et les objets sont présentés dans des malles vitrines ce qui évoque les voyages.

On peut y voir les premiers guides touristiques qui n’ont pas grand chose en commun avec le Routard, c’était plutôt des récits rédigés par des grands écrivains voyageurs.

Il y a aussi beaucoup objets dont beaucoup ont été crées spécialement pour l’Orient Express pour s’adapter aux dimensions du train ainsi que les premières grandes malles qui ont fait le succès de Vuitton.

Et pour prolonger l’exposition vous pouvez télécharger le crime de L’Orient Express tiré du livre d’Agatha Christie. On y retrouve la même atmosphère et on comprend mieux le rôle essentiel du conducteur de train (qui n’est pas celui qui conduit le train, ça c’est le machiniste, mais le majordome qui s’occupait des passagers).

C’est une très belle exposition que je vous recommande car elle est complète et instructive pour en savoir plus sur ce train de légende.

Il était une fois l’Orient Express

Du 4 avril au 31 août 2014
Institut du Monde Arabe
1, rue des Fossés-Saint-Bernard
Place Mohammed-V 75005 Paris
Et pour poursuivre l’exposition : Un site immersif : le journal de bord d’un conducteur


La Saga de la télévision française aux Arts et Métiers

Culture TV. Saga de la télévision française.
Attention exposition à haute valeur nostalgique car du 3 juin 2014 au 8 mars 2015 le Musée des Arts et Métiers présente Culture TV. Saga de la télévision française.

Grâce à la collaboration de l’INA, vous découvrirez pas moins de 200 extraits d’émissions, près de 24 heures de programmes qui seront visionnables dans l’exposition pour redécouvrir l’évolution des séries et des émissions culte. Vous comprendrez comment nous sommes passé de Dallas à Game of Throne, d’Intervilles au Bonheur est dans le prés, de Magnéto Serge à Non mais Allo quoi !

Il y a de nombreuses bornes interactives mises à la disposition du public et qui diffusent des extraits de programmes ainsi que des quiz et des jeux, c’est ludique et très enrichissant à la fois. Le parcours est très bien conçu.

On y retrouve une salle de projection, un studio météo avec un véritable fond vert pour jouer à Anaïs Baydemir.

Un studio météo avec un véritable fond vert pour jouer à Anaïs Baydemir
Une exposition que ravira les adultes qui se remémoreront avec nostalgie les émissions de leur jeunesse mais qui plaira aussi aux enfants qui découvriront avec effarement qu’avant il n’y avait que trois chaines et que l’on avait qu’un écran par foyer (pourtant on vivait très bien tu sais).

Un beau parcours à faire en famille et pour une fois, personne ne traînera les pieds en trouvant que la culture c’est chiant ! Il n’y a pas que des momies dans les musées, maintenant la télé a aussi son histoire, même si certains disent que c’est l’ancêtre d’internet, elle reste encore le média favori des français et la télé n’est pas morte, mais en perpétuel renouvellement.

Et pour prolonger l’exposition vous pouvez retrouver un catalogue numérique enrichis pour Ipad uniquement. Dommage, car si vous n’avez pas d’Ipad, vous n’avez pas d’Ipad. Un mini site en responsive aurait été plus ouvert pour partager tout ce contenu interactif.

Si vous êtes intéressé par cette exposition dites-le moi dans les commentaires car j’ai 5 invitations à vous faire gagner.

La Saga de la télévision française aux Arts et Métiers

Du 3 juin 2014 au 8 mars 2015

Musée des Arts et Métiers‎
60 Rue Réaumur
75003 Paris

Le site de l’exposition


Mon photos blog et mon univers visuel Mes photos

Flux Rss

Flux rss des articles

Réseaux sociaux