Confiné à Paris (partie 1)

Pas facile d’écrire sur une situation aussi compliquée. Je fais partie des Parisiens qui sont restés chez eux et qui n’ont pas fuis la capitale. De toute façon, je n’avais nulle part où aller. J’envie évidemment ceux qui sont confinés dans un jardin et qui font des story de leur apéro devant un coucher de soleil.

Car à Paris, la situation est bien différente. Comment imaginer la Capitale entièrement à l’arrêt. Il y a encore quelques mois, je refusais d’y croire, impossible d’arrêter toute l’économie d’un pays, et pourtant c’est arrivé….

Mon activité de photographe professionnel s’est arrêtée complètement et je ne sais pas quand je pourrais reprendre. C’est une activité de loisir, pas prioritaire. Avant de revenir me voir, les gens vont d’abord penser à retrouver un semblant de vie normale, allez chez le coiffeur. Avec de la chance, je pourrais retravailler en septembre, s‘ il n’y a pas une crise dramatique, voire des émeutes (oui, je ne suis pas super optimiste par rapport à la situation). D’autant plus que je suis spécialisé dans la création de book pour mannequins seniors, si on croit le gouvernement, ce ne sont pas les premiers qui vont sortir du confinement.

On verra bien, tant que mes proches sont en bonne santé, pour l’instant c’est le principal. Je prends des nouvelles par téléphone et beaucoup de mes amis m’ont demandé pourquoi je ne faisais pas de photos de Paris vide… Ce n’est pas vraiment mon truc, je préfère faire des photos de portraits, avec des gens. Alors les photos des rues entièrement vides avec une omniprésence de poubelles, ce n’est pas mon style de photos.

D’autant plus que je respecte le confinement et je sors très peu. Mais depuis quelques jours, je reprends un peu avec mon appareil quand je vais faire des courses, il faudra bien avoir un témoignage de cette époque complètement délirante.

Des photos de Paris pendant le confinement

Paris le 15 mars 2020 juste avant le confinement
Le dimanche 15 mars, les parisiens sont toujours dehors, d’un côté on nous demande d’aller voter, et de l’autre de rester chez nous. Ce sera comme beaucoup, ma dernière sortie insouciante…
La Poste pendant le confinement
Le 17 mars, c’est un peu la panique, ici les gens font la queue pour aller à la Poste.
La queue devant le Monoprix
Il y a la queue devant le Monoprix, les gens achètent du PQ et des pâtes…
Les parisiens font leurs valises
D’autres quittent Paris pour rejoindre leurs familles en province
Le forum des Halles
Le forum des Halles se vide, les commerces sont tous fermés
L’église Saint-Eustache
L’église Saint-Eustache se retrouve bien seule sous un ciel gris

Confinement

Voisin à la fenêtre
En attendant, je fais connaissance avec mon voisin d’en face
Rue Tiquetonne
#ConfinementJour31, je vais faire mes courses avec mon appareil photo, la rue Tiquetonne est déserte
La rue Montorgueil
La rue Montorgueil est la seule rue commerçante du quartier, alors il y a un peu de monde
Contrôle Police
Et les contrôles de police sont fréquents
Primeur rue Montorgueil
Pourtant, les mesures de sécurités sont respectées, on fait la queue et on se lave les mains, certains ont des masques.
Rue Montmartre
Les rues adjacentes sont désertes (ici la rue Montmartre)
Rue Pierre Lescot
La rue Pierre Lescot devant le forum des halles
Rue Pierre Lescot devant la Canopée
Une vue de l’autre côté (Rue Pierre Lescot devant la Canopée )
Place Saint-Opportune
La place Saint-Opportune devant la magasin Nike : Désolation…
Boulevard Sébastopol
Il n’y a personne sur les grands boulevards comme celui de Sébastopol et très peu de voitures.
Rue de Rivoli
La rue de Rivoli
Le métro Châtelet devant la rue de Rivoli
Le métro Châtelet devant la rue de Rivoli, c’est dérangeant comme vision, je n’ai jamais vu ça, même le matin en plein mois d’août..

Vous pouvez lire la deuxième partie : les monuments Parisiens en plein confinement.

Voilà comment cela se passe à Paris en ce moment, c’est pas drôle, mais comme partout ailleurs…

J’espère que tout va bien pour vous, continuez à être vigilant, pour l’instant c’est la seule solution.

On verra peut-être un monde nouveau et j’aimerais sincèrement qu’il soit meilleur.

7 Commentaires

  • Merci pour ce témoignage. En effet c’est très bizarre. Comme toi au début je n’y croyais pas : paralyser le pays ? Et pourtant.
    Cela dit je préfère tout de même être en ville qu’à la campagne, même avec jardin. Je me sentirais vraiment trop isolée, loin de l’action même si il n’y a pas d’action.
    Et puis prendre la voiture pour faire la moindre course, bof. Marcher un peu même pour acheter une baguette ça fait une petite sortie. Bon courage pour la suite.

    • Il n’y a pas d’endroits parfaits, certains préfèrent la ville, d’autres la campagne. Je suis bien chez moi car j’ai tout sous la main, mais si j’avais pu partir me mettre au vert et profiter d’un jardin, je n’aurais pas hésité.

  • Surprenant effectivement pour les provinciaux que nous sommes… Notre style de vie est complètement différent. Pour notre part, nous vivons dans un minuscule village médiéval du Beaujolais, entourés de nos chiens, chats, oiseaux, par choix, car nous aurions pu vivre à Lyon. Le Covid n’a pratiquement pas changé notre vie au grand air, jardin, ping-pong, gym (chez nous, certes, et non plus à la salle du coin). Nous ne faisons plus de randonnée mais des balades courtes et même dans notre grand jardin c’est suffisant. Notre petite communauté est solidaire. Dés que l’un de nous va faire des courses, il en informe les autres qui passent commande si besoin. Nous continuons à travailler: Nous avions créé juste avant tout cela un site d’accessoires de luxe preloved qui continue à suivre son chemin; nous le gérons donc de chez nous. Ma dernière virée à Paris, c’était justement pour faire des photos de mannequin senior au studio, cela fait maintenant deux ans… Seul gros soucis: Mes deux fils médecins tombés malades, dont l’un asthmatique, avec des problèmes respiratoires, mais tout est rentré dans l’ordre et ils sont à nouveau au travail.
    Je comprends donc bien comment tout cela a pu terriblement changer la vie des citadins et je compatis vraiment. Au delà du drame humain que nous vivons, une partie de taille reste à venir avec les conséquences économiques que l’on sait et mettant notre pays à genoux.
    Je souhaite de tout coeur que tout le monde garde le moral. J’espère, Denis, que vous pourrez reprendre votre activité bientôt et que la vie reprendra son cours normal pour tous, ce sera bien sûr le cas, à un moment ou un autre.

    • Merci Catherine, oui à la campagne les gens sont plus solidaires. Enfin, ça va, j’ai la chance d’avoir des voisins sympas, alors on se dépannent aussi.
      Effectivement, la suite risque d’être terrible au niveau social et économique. Il parait que les confinement sera la période la plus agréable de l’année…
      Bon courage à tous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *