Une croisière fluviale en Alsace Lorraine

Une croisière fluviale en Alsace Lorraine

Depuis une visite au salon nautique qui remonte déjà à l’année 2007, je rêvais de faire une croisière fluviale, car contrairement à un bateau à voiles, les péniches utilisées sont vraiment très spacieuses, la coque n’étant pas autant profilée, on a un espace habitable vraiment confortable et c’est beaucoup plus tranquille au niveau de la navigation, un style de vacances qui me convient parfaitement pour découvrir une nouvelle région.

Comme je pouvais prendre des congés hors périodes scolaires, j’en ai profité pour partir mi-septembre à la découverte de l’Alsace et de la Lorraine sur l’itinéraire de la Marne au Rhin avec les Canalous.

Nous sommes partis en voiture depuis Paris en direction de Languimberg, il faut compter 5 heures de route. Avant d’arriver à la base, nous avons fait un gros ravitaillement à Sarrebourg dans la zone d’activités Les Terrasses à environ 15 minutes. Je vous conseille de faire des courses avant, car au bord du canal il n’y a vraiment pas grand-chose à part quelques boulangeries.

Une fois au Port du Houillon, on est accueilli par la sympathique équipe des Canalous Alsace, les formalités sont très rapides et on nous laisse nous installer sur le bateau.

Le bateau

Nous avions un Tarpon 32, un bateau pour 4 à 6 personnes alors que nous sommes deux, il y a donc beaucoup d’espace.

carre-tarpon

Je suis debout partout sur le bateau, le carré est très vaste, il y a une grande table qui peut accueillir 6 personnes grâce à une rallonge, une cuisine et de nombreux ustensiles, nous n’avons manqué de rien, le réfrigérateur est grand et il y a plusieurs espaces de rangement, j’insiste sur ce point, car on aura beaucoup de mal à se ravitailler ensuite.

Cabine avant du Tarpon 32

Deux grandes cabines avec un lit double et un lit simple, les deux sont équipées d’une douche et toilette.

Sur le pont, tout est plat, il est facile de s’y déplacer et il dispose d’une table et des chaises, je suis séduit par le bateau, il est vraiment conforme à mes attentes.

Le Tarpon 32

Une fois installé, on reçoit toutes les informations sur son fonctionnement. Les batteries du bateau se rechargent en électricité quand on navigue, il faut absolument une prise allume-cigare pour brancher téléphone et appareil photo… pas de problème, ils en louent sur place. Et quand on est dans un port, on peut utiliser une prise 220 V si on est alimenté sur le quai. Il faut aussi faire le plein d’eau tous les deux, trois jours. Il y a de nombreux ports sur le trajet, donc pas de soucis de ce côté-là, mais il faut quand même faire attention. C’est là où l’on découvre que nous sommes vraiment dépendants de l’électricité et du confort. Il ne faut pas hésiter à poser plein de questions, savoir où sont les disjoncteurs et le tableau électrique. Mais en cas de soucis, l’équipe de Canalous est joignable 7j/7 par téléphone et ils se déplacent même le dimanche. Nous avons aussi loué des vélos.

La navigation

Ensuite, on a reçu une formation à la navigation, on part pendant ¾ d’heure faire les différentes manœuvres, on apprend à faire demi-tour, à accoster sur le côté et à faire marche arrière. C’est finalement assez simple, le bateau répond bien, et on est limité à 8 km/h. Il nous faudra une bonne journée pour vraiment être à l’aise.

Une fois au port, on nous remet un carnet de bord avec l’itinéraire, on nous explique le fonctionnement des écluses, ensuite nous pouvons partir.

Il était 18 heures, on ne peut pas naviguer de nuit, mais cela nous laissait deux heures de marge alors nous avons largué les amarres et en avant pour l’aventure !

Une croisière fluviale de Languimberg à Saverne

Une fois que l’on quitte le port du Houillon, on traverse la région des étangs, de chaque côté du canal il y a des immenses étendues d’eau et c’est vraiment joli, surtout que nous avions une belle lumière de fin d’après-midi, même si le temps commence à se couvrir.

Xouaxange

Nous passons Gondrexange qui a peu d’intérêt et nous poursuivons notre route jusqu’à Xouaxange. Il y a un tout petit port qui malheureusement était complet, c’est dommage, car c’est un charmant village avec un très beau pont mais nous décidons de poursuive notre route, finalement le bateau avance bien.

Nous arrivons sur le port de Hesse et il commence à faire nuit (nous sommes le 15 septembre).

On s’amarre au bout du quai pour éviter une première manœuvre trop compliquée, nous sommes donc loin de la borne électrique, mais on ne devrait pas en avoir besoin…

Il commence à faire vraiment froid, nous restons à l’intérieur pour prendre l’apéro et étudier l’itinéraire du lendemain. Ensuite nous avons préparé le dîner, c’est une cuisinière à gaz avec un four et tous les équipements de cuisine. Il y a de la place et on se sent vraiment bien, un grand sentiment de liberté nous envahit, on va être très bien pendant cette semaine.

On va se coucher assez tôt, car il n’y a pas grand-chose à faire, mais on déconnecte tout de suite de la vie stressante parisienne et ça fait du bien !

Il a plu toute la nuit, c’est magique d’entendre la pluie tomber sur la coque quand on est au chaud sous la couette, n’empêche que ça ne s’arrête pas et je commence à être inquiet.

Niderviller sous la pluie

Le lendemain matin, il pleut encore. On veut quand même quitter Hesse pour rejoindre le port de Niderviller. C’est à environ 30 minutes de navigation, nous pilotons à l’intérieur. Le paysage est magnifique mais par temps gris cela ne donne pas grand-chose. Arrivé à Niderviller, on décide d’y passer la journée et la nuit. On va donc s’inscrire à la capitainerie. Pour une nuit avec eau et électricité, il faut compter 16 €.

Le port n’est pas très joli, on se croirait un peu dans une zone industrielle, et il pleut toujours. On reste dans le carré, on déjeune, on bouquine, mais on aimerait bien voir le soleil.

En fin d’après-midi, nous prenons les vélos pour visiter le village, mais un dimanche sous la pluie, c’est plutôt sinistre, la balade fut de courte durée. On fait des checks météo en priant pour le lendemain, je veux passer le plan incliné d’Arzviller par beau temps pour faire des photos.

On passe la soirée à bord dans le carré, et on se couche tôt.

Le lendemain, il fait un peu gris, mais il ne pleut pas, alors en route pour une matinée de navigation !

Arzviller

Entrée du tunnel d'Arzviller

En sortant de Niderviller on doit passer deux tunnels, de 475 mètres et 2300 mètres, franchement ils ne sont pas larges et on a vraiment eu du mal, il faut être vigilant pour ne pas taper sur les côtés et on doit rester à la vitesse minimum, c’est long et angoissant, à l’aller nous aurons mis plus d’une heure, et heureusement beaucoup moins pour le retour… C’est dans ces moments-là que l’on teste la solidité de son couple…

Une fois sorti de ces tunnels, il y a 30 minutes de navigation avant de rejoindre le plan incliné d’Arzviller.

Le plan incliné d’Arzviller

C’est un ascenseur à bateaux de type transversal qui remplace 17 écluses et qui offre une sensation unique. C’est comme une écluse sauf que l’eau ne se vide pas, on reste dedans et elle se déplace de façon verticale, c’est vraiment impressionnant, il n’y a aucune difficulté et on profite d’une vue incroyable sur la vallée.

Le passage des écluses

Après le plan incliné, on arrive sur notre première écluse, on est dans le sens le plus facile, c’est-à-dire que l’eau est à notre niveau. Sur ce canal c’est une chaîne d’écluses automatiques, cela veut dire que les portes s’ouvrent et se referment toutes seules et quand on arrive à l’écluse suivante elle est prête pour notre passage, cela permet de gagner beaucoup de temps. Il suffit d’arriver tout doucement, de s’amarrer sur les bites sans s’attacher pour laisser filer les aussières quand le niveau de l’eau descend, il faut compter 20 minutes par écluses. Franchement, il n’y a aucune difficulté, c’est tout simple. Nous passerons tranquillement 4 écluses pour arriver au village de Lutzelbourg.

Lutzelbourg

Lutzelbourg

Ouf, il fait beau et le village est charmant. On déjeune enfin sur le pont après avoir fait le plein d’eau. Le port est gratuit, si l’on veut, on peut se ravitailler en eau et électricité grâce à une borne automatique (15 minutes d’eau et 3 heures d’électricité pour 2 €). On décide d’y passer la journée et la nuit. On profite du soleil, on va visiter le village, on fait une balade à vélo le long des canaux.

Le soir nous dînons à l’Hôtel des Vosges, le restaurant est magnifique, je ne vais pas faire mon parisien qui débarque en province, mais le cadre est agréable, le service impeccable, d’une gentillesse incroyable et presque tout est fait maison. J’ai mangé un pâté en croûte (spécialité de la région), un confit de canard sur son lit de choucroute : une dinguerie !

Confit de canard sur son lit de choucroute

C’est vraiment le genre de restaurant que j’affectionne tout particulièrement, les tables sont larges, on n’est pas collé à ses voisins et la décoration possède un charme fou. Par contre on dîne tôt, nous avions réservé pour 19 heures 30, le dernier service…

L’ambiance au bord du canal est magique avec la brume qui se lève

Une fois de plus nous nous couchons de bonne heure, l’avantage, c’est que l’on est réveillé tôt pour profiter de la lumière du matin. L’ambiance au bord du canal est magique avec la brume qui se lève et qui annonce une belle journée.

Nous partons dans la matinée en direction de Saverne. Il y a 9 écluses à passer, c’est facile, mais c’est un peu long, car certaines ne sont espacées que de 200 mètres. Grâce à la chaîne automatique, c’est plus simple, mais un peu répétitif. Par contre les paysages sont grandioses avec la forêt des Vosges qui tombe dans le canal.

Arrivé à Saverne, il y a une écluse très haute, un peu angoissante, mais finalement facile à passer, heureusement car on est en plein centre-ville et de nombreuses personnes nous regardent.

Saverne

Saverne

Le port de Saverne est très agréable avec une vue imprenable sur le Château des Rohan. Il est super bien aménagé, avec une petite buvette qui propose de très bons plats à emporter sur le bateau. Nous avons donc déjeuné sur le pont en profitant du paysage avant de visiter la ville et de faire les courses. C’est une grande ville, il y a donc plusieurs commerces et une supérette dans la rue principale, nous avons pu faire un gros ravitaillement pour le retour et nous avons préféré dîner sur le bateau, car il faisait beau, mais il y a de nombreux restaurants à Saverne.

L'écluse de Saverne

Là aussi le port est payant, 16 € pour eau et électricité, mais l’accueil est vraiment sympa, ça vaut le coup de s’y arrêter. Il faut prendre le temps de visiter la ville et de se perdre dans ses ruelles. L’Église Notre Dame de la Nativité est magnifique. On voulait rester deux jours, mais finalement nous avions envie de naviguer pour se poser en pleine nature, car jusque-là nous avons dormi tous les soirs dans des ports.

Le retour

Le lendemain matin, nous avons décidé de naviguer jusqu’au plan incliné et de passer toutes les écluses d’un coup ! Ca fait pas moins de 13 écluses. Dans l’autre sens c’est un peu plus compliqué, car il faut prendre l’échelle pour se hisser sur le bord, mais comme nous avions acquis de l’expérience ça passe tout seul. Mais c’est long et répétitif et franchement on était content de passer la dernière écluse. Il nous a fallu 5 heures pour rejoindre le plan incliné.

Le retour

Nous avons alors déjeuné sur le pont du bateau et nous avons profité du reste de la journée au calme, vers 17 heures, nous avons repassé le plan incliné dans l’autre sens, car nous voulions être devant les tunnels tôt le matin. Nous avons dormi devant le tunnel, en pleine nature, il n’y avait personne, on était seul au monde et la nuit avec les feux rouge de signalisation et la brume, cela donnait une ambiance particulière.

A sept heures nous étions devant le tunnel prêt à partir

Vu l’appréhension de passer les deux tunnels, à sept heures nous étions prêt à partir. Il faisait vraiment froid et on était un peu stressé mais finalement le retour c’est vraiment bien passé, on a mis à peine ¾ d’heure. Une fois de l’autre côté, nous avons soufflé en amarrant le bateau en pleine campagne pour y passer la matinée et le déjeuner. Plus de tunnel et plus d’écluse et un beau ciel bleu au milieu des champs.

Un beau ciel bleu au milieu des champs

Ensuite nous avons navigué jusqu’au port de Hesse mais nous nous sommes amarré un peu plus loin pour être dans la nature, nous avions suffisamment d’eau et d’électricité pour rester autonome.

Le soir nous avons dîné chez Nicolas, un restaurant à Hesse, là encore c’est une très bonne adresse, un service impeccable et souriant, des plats d’une grande qualité et des sauces divines pour accompagner un veau délicieux. Nous avons passé un excellent moment avant de regagner le bateau en pleine nuit.

Entre Hesse et Gondrexange

Le lendemain, vendredi, nous avons navigué entre Hesse et Gondrexange, car je voulais refaire des photos par beau temps. On a déjeuné au bord du canal et nous sommes rentrés en fin d’après-midi au port du Houillon. On pouvait garder le bateau jusqu’au samedi à 9 heures, mais le soir il faisait un peu froid, nous avons préféré le rendre en fin de journée pour profiter d’une nuit à l’hôtel, et on était un peu juste au niveau des courses.

Nous avons dormi à Hôtel Restaurant Notre Dame des Bonne Fontaine à 20 kilomètres de Sarrebourg. Les chambres sont correctes et ça faisait du bien de prendre une longue douche sans se soucier des réserves d’eau, mais c’est surtout le restaurant qui m’a épaté. J’ai mangé une terrine de gibier à la prune jaune faite maison et un chevreuil aux morilles, déglacées au vinaigre de miel, accompagné d’un vin exceptionnel : Un Ego 2013 de la maison Cazes, sur la recommandation du patron qui a vraiment cerné nos goûts. Une des meilleures adresses de cette année, si vous passez dans la région, n’hésitez pas à découvrir ce restaurant.

Quelques conseils pratiques pour votre croisière fluviale

Faire du vélo le long des canaux

Faire une croisière fluviale, c‘est un excellent moyen pour se balader tranquillement et profiter de la nature. On va à son rythme, sauf au moment du passage d’écluses. Nous étions hors saison, donc on ne faisait pas la queue et ça c’est vraiment appréciable, car cela peut devenir très long, de plus il faut bien gérer son retour.

On n’a pas besoin d’être un grand marin pour naviguer, mieux vaut tout de même réviser quelques nœuds pour éviter de faire n’importe quoi. Après chaque passage d’écluse, pensez à remettre vos aussières en place pour la prochaine afin de ne pas être en panique en démêlant la corde au dernier moment.

En septembre, le matin et le soir il fait vraiment froid. Cela faisait trois mois que l’on avait un temps caniculaire qui s’est arrêté au moment de nos vacances, d’autant plus que sur le canal et au milieu de la forêt on perd quelques degrés, c’est assez humide et clairement, on n’était pas assez équipé, même s’il fait beau, prenez des pulls !

Il faut faire attention à l’électricité, c’est fou comme on est dépendant, la prise allume-cigare était sollicitée toute la journée et même la nuit, si vous êtres nombreux cela peut poser des problèmes. Mais c’est aussi le moyen de déconnecter un peu, personnellement je devais quand même consulter mes mails et gérer l’alimentation de ma cigarette électronique.

Tout est un peu plus compliqué sur un bateau, il faut aussi être vigilant avec la gestion de l’eau et aux toilettes qui se bouchent rapidement, si vous êtes avec des enfants qui ont tendance à dérouler un rouleau entier de PQ, vous allez avoir des soucis….

Il faut préparer ses repas à l’avance, car sur le trajet, il y a vraiment très peu de commerces et ils ne sont pas toujours ouverts. Pensez aussi à apporter des packs d’eau, même si l’eau du bateau est potable ça reste un réservoir rarement vidé.

Les heures de navigations sont payantes en plus de la location du bateau (environ 7 € de l’heure pour le gas-oil) ce qui vient augmenter votre budget, là aussi c’est à prévoir, car il faut naviguer pour recharger les batteries. Les ports sont payants et mis à part celui de Saverne et Lutzelbourg, ils ne sont pas vraiment jolis, c’est plus plaisant de passer la nuit en pleine nature.

Prévoir aussi des bons bouquins ou des jeux de société, car les distractions sont assez peu nombreuses le soir dans les environs et on se couche avec le soleil.

Pensez à faire une liste des restaurants dans les endroits où vous passerez, car franchement ça serait dommage de ne pas goûter aux spécialités locales. Nous les avons trouvés grâce à notre smartphone, un peu par hasard, mais à chaque fois nous avons a eu d’agréables surprises.

Pour ceux qui ne veulent pas faire l’aller-retour, vous pouvez prendre une option aller simple et on peut même vous amener votre voiture à la base de destination, cela évite de penser aux écluses à repasser dans l’autre sens, mais en même temps j’ai apprécié de refaire le parcours avec une météo différente et je savais quels étaient les plus beaux endroits pour s’arrêter.

Mon avis sur la croisière est vraiment positif, c’est une bonne expérience, à faire en couple, entre amis ou en famille, pas de problème avec des enfants en bas âge, mais peut-être pas avec des ados, ils risquent de s’ennuyer.

Si vous voulez organiser une croisière, vous trouverez toutes les informations pour réserver sur le site des Canalous Alsace.

Toutes mes photos d’Alsace Lorraine

Cliquez ici pour voir toutes mes photos de ma croisière sur Flickr

51 Commentaires

  • Bravo pour cet article, qui donne envie d’essayer, j’ai souvent vu des gens sur des pénichettes en Mayenne en me disant pourquoi pas, faut être avec une bande de potes quand même et évidement il faut qu’il fasse beau, j’ai des mauvais souvenirs de croisière en Bretagne sous la pluie.

    • Merci, oui en Mayenne ça doit être sympa aussi, j’avais hésité aussi avec cette destination mais je connais déjà…. En tout cas oui ça change de la Bretagne et ses tempêtes 😉

  • J’avais découvert la Camargue et l’étang de Thau avec un Tarpon aussi, un 37, mes enfants avaient 12 ans à l’époque et ils avaient vraiment adoré ce voyage, il faut juste les occuper un peu quand on est à quai mais en balade pas de problème, j’avais un peu peur qu’ils s’ennuient Mais les paysages sont tellement beaux. C’est une autre façon de se déplacer, on prend le temps de vivre et on est vraiment bien sur ce genre de bateau. Par contre c’est vrai que mon fils a bouché les toilettes, un bon moment de rigolade…
    Je confirme, l’équipe des Canalous est très sympa

  • J’ai un très bon souvenir d’un week-end prolongé dans le midi avec les Canalous justement, c’est vrai que les bateau était très confortable par contre pour nous, il avait fait très chaud.

  • Il a vraiment l’air bien ce bateau, je rêve de faire ce genre de croisière mais je trouve ça un peu cher pour une semaine, surtout s’il faut payer le carburant en plus et pour un week-end j’ai l’impression que c’est un peu court pour vraiment déconnecter et prendre confiance au niveau de la conduite

    • Tu peux essayer un week-end prolongé mais franchement on déconnecte dès le premier soir et tu es rapidement à l’aise avec la navigation. Sur trois jours, ça peut être bien aussi.

    • Merci, la voile, c’est complètement différent comme approche, la croisière fluviale ce n’est pas du sport mais un moyen de locomotion tranquille et une autre façon de visiter une région.

  • C’est à la mode la croisière fluviale, pas trop speed, proche de la nature, oui il il faut déconnecter et débrancher son téléphone et partir tout doucement à la découverte d’une région, le soir on discute avec ses voisins, franchement c’est un excellent concept qui me tente beaucoup

    • Je ne sais pas si à la mode mais c’est dans l’aire du temps, pour déstresser rapidement, se ressourcer, être proche de la nature et vivre sans superflus, je devais le rajouter en conclusion de ma note, c’est tout à fait ça

  • Ca faisait longtemps que je n’étais pas venu ici, visiblement ton boulot te prend beaucoup de temps mais tu es toujours aussi doué pour la photo.
    J’ai déjà entendu parler séjours sur les canaux, c’est tentant surtout après avoir lu ton reportage. Faut faire ça avec deux couples pour jouer aux cartes le soir.

  • Bonjour
    On est en train de préparer un séjour pour l’année prochaine pour 8 personnes et on se demandait si un grand bateau n’était pas plus compliqué à conduire que deux petits ? Evidement c’est beaucoup plus cher mais cela nous permettrai aussi d’avoir plus de place.

    • Non au contraire, sur les gros bateaux il y a un propulseur d’étrave qui facilite les manœuvres et plus le bateau est grand plus vous aurez de place, c’est dommage d’en louer deux, sauf si vous n’êtes pas sur de vous entendre avec tout le monde 😉

  • L’alsace tu es chez moi, et c’est vrai qu’on y mange très bien, Saverne c’est très mignon et j’ai passé une journée en bateau dans le coin pour remonter jusqu’à Dettwiller mais je trouvais qu’il y avait beaucoup trop d’écluses, heureusement je ne faisais pas les manœuvres mais le concept de naviguer sur le canal est reposant mas il faut qu’il fasse beau sinon c’est nul

    • Comme n’importe quelles vacances la météo c’est important, je n’ai malheureusement pas pu goûter à toutes les spécialités Alsacienne, il faut que j’y retourne, j’ai envie de visiter le marché de Noël à Colmar et Strasbourg

  • Tu me donnerais presque envie de faire une jolie croisière fluviale, et j’aime beaucoup ton compte rendu qui donne bien le tempo de ce qui attend le futur voyageur.

    Quelle belle région, et tes photos sont superbes, j’aime particulièrement celles sous la brume.

  • Toujours aussi belles tes photos Denis ! C’est joli l’Alsace, je connais uniquement Strasbourg mais j’avais adoré en tout cas c’est une bonne idée cette croisière

  • très joli compte rendu ! j’avais l’impression d’être avec vous
    bon je crois qu’avec mon sens pratique et celui de mon cher et tendre, ce serait trop de stress mais par contre j’irais bien visiter la région, tes photos donnent envie

    • Il faut être plusieurs pour éviter de s’engueuler entre couple, mais ça va c’est gérable, c’est pire à la voile 😉
      La région est très belle.

  • Oh ça fait plaisir de voir ma région (enfin un petit morceau) à travers ton objectif !
    Tes photos sont vraiment magnifiques, ça donnerait presque envie de la (re)faire, cette balade en bateau 😉 même si je connais déjà bien le coin entre le plan incliné et Saverne et qu’à choisir, je crois qu’aujourd’hui je prendrais plutôt un vélo ^^

    • Je ne me souvenais plus que tu étais d’Alsace.
      Justement on avait des vélos sur le bateau, mais finalement, nous ne les avons pas tellement utilisé.
      Sinon, on peut visiter le plan incliné sans être en bateau, il y a des visites guidées depuis la terre.

  • Aaaahhh enfin tu repostes ici 😉
    Et en plus tu parles de croisières fluviales, une des choses dont j’ai très envie depuis longtemps mais que je n’ai encore jamais tentée.
    En revanche, dormir au milieu de nulle part sur le bateau, je pense que j’aurais un peu peur…
    Merci pour cette jolie histoire.

    • Oui, ça m’arrive 😉 Je vais essayer d’être plus régulier mais mon boulot me prend vraiment beaucoup de temps, du coup j’ai moins d’occasions pour voyager.
      Perso, dormir ailleurs que dans un port c’est ce que j’ai préféré, mais il y a toujours des bateaux pas trop loin et puis le bateau est fermé à clé 😉

  • A cette saison, tu aurais dû aller faire le canal du midi, tu avais plus de chances d’avoir du beau temps. Enfin, c’est cool aussi l’Alsace tes photos sont magnifaik 😉

    • Oui, je voulais tester le Lot mais c’était complet et je connaissais déjà la région, c’était l’occasion de découvrir une région que je ne connaissais pas.

    • Merci beaucoup pour ce lien, qui est mal référencé car je cherchais des informations sur le plan incliné et je ne l’avais pas trouvé, vraiment instructif.

  • Superbe article, vraiment.
    Nous n’avons jamais testé la pénichette, c’est à voir en effet, pour l’instant je me penche sur l’achat d’un Kayak afin d’avoir un point de vue différent sur le bassin… on verra.

    Ravi de te (re) lire, Bleck.

  • J’ai suivi avec plaisir tes aventures sur Instagram. J’avais tellement adoré notre croisière sur le Canal du midi… par grand soleil. J’approuve à peu près tout ce que tu dis. Je conseillerais de le faire à plusieurs adultes en tout cas pour les itinéraires où les écluses ne sont pas automatiques. Et pour l’ambiance du soir quoi ! En tout cas, tes photos sont superbes avec cette lumière automnale.

    • ha ha, moi j’avais suivis les tiennes sur ton blog quand tu parlais des Canalous, ça m’avait donné envie. Je suis content effectivement d’avoir eu des écluses automatiques, mais ils m’avaient prévenus quand je leur avais dit que nous serions deux.

  • Je crois que ça n’irait clairement pas assez vite pour moi, et je serais trop stressée par le passage des écluses et des tunnels! Pourtant, je me balade très souvent au bord du canal du midi…
    Mais les paysages sont très beaux et tes images aussi!

  • Très bonne expérience, tes photos donnent vraiment envie de larguer les amarres pour sillonner la France à travers les canaux. Tu connais Colmar ?

  • Nous avons fait une croisière cet été avec les Canalous et toute la famille a adoré ! Les enfants se prenaient pour des pirates, le bateau et un merveilleux terrain de jeux pour eux, il faut bien sûr être vigilant mais ils conservaient leurs gilets de sauvetage quand ils jouaient sur le pont ; Nous avions aussi un Tarpons 32, très confortable et nous n’avons manqué de rien.
    Je confirme, c’est très agréable de dormir en pleine nature et pas du tout angoissant.

  • j’ai vecu en Alsace il y a longtemps, et j’y suis plus retourné – une bonne occasion pour profiter de cette magnifique région (la Lorraine aussi a des coins très sympas ! )

  • Merci pour toutes ses informations, j’avais justement envie d’essayer avec mon mari et des copains, le plus compliqué c’est de trouver des dates en commun en fonction des agendas de chacun mais on va y arriver, je vais leur faire lire ton article.

  • J’adore ce genre de découverte. Mes parents en ont faite une l’an dernière sur la Charente, entre Angoulème et Cognac. Cela les a beaucoup amusés de gérer le bateau, les écluses…
    Vos photos sont vraiment sueprbes en tous cas ! Et puis en Alsace-Lorraine (je suis née là-haut) est superbe… 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *