Fauve, Vieux frères partie 2

vieux_freres_partie_2

Sa sortie était annoncée pour aujourd’hui pourtant vendredi soir je l’ai trouvé en tête de gondole à la Fnac, ça m’a fait tout drôle. Fauve est le seul groupe dont j’achète encore les CD au cas où internet serait en panne car maintenant j’utilise principalement Spotify. Notre façon de consommer de la musique a vraiment changé mais là je m’égare, j’ai donc passé le week-end de la Saint Valentin avec Fauve ≠ et son dernier album Vieux frères partie 2.

Je vous ai déjà dit à quel point j’adore ce groupe, leur EP Blizzard est surement le truc le plus important que j’ai écouté ces dernières années, ensuite Vieux frères partie 1 était simplement brillant.

J’attendais donc leur deuxième album avec impatience et appréhension car j’avais peur d’être déçu, surtout que j’étais moyennement convaincu par Les Hautes Lumières et Bermudes qui étaient déjà disponibles à l’écoute.

Je suis donc rentré vendredi soir avec leur CD en poche, je l’ai inséré dans le lecteur et j’ai réalisé une première écoute au casque.

On retrouve tout de suite leur univers avec un petit quelque chose en plus, peut-être de la maturité et de la confiance car ils ont quand même enchaîné les tournées l’année dernière et ont vécu quelque chose de grand qui sauve la vie…

Musicalement il y a plus de sonorités, Quentin Postel chante plus que sur les précédents albums, ce qui voudrait dire qu’ils ont trouvé leur rythme. La chanson Juillet (1998) est sans doute la plus belle de toutes, on y retrouve un concentré de ce qui rend la musique de Fauve si singulière et si puissante.

Mais dans l’ensemble je trouve l’album un peu inégal. Je ne comprends pas pourquoi avoir mis une chanson comme Azulejos qui a peu d’intérêt sauf pour le message que le groupe veut véhiculer mais musicalement, ha il n’y a pas de musique. Je regrette aussi l’absence de Jennifer qui n’a jamais été enregistrée, c’est une chanson magnifique qui aurait eu sa place ici.

Sinon j’aime énormément les titres Tallulah et T.R.W. qui sont différents avec un son plus pop et démontre que Fauve évolue.

Dans l’ensemble c’est un excellent album, mais comme je ne suis pas objectif ma critique ne veut absolument rien dire, j’avais juste envie de partager cette bonne nouvelle avec vous !

Ce soir rien ne peut me toucher, je flotte au-dessus du sol, les planètes sont alignées.

Merci Fauve ≠ et rendez-vous à l’Olympia le 13 mars prochain !

10 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *