Le polar quand c’est long c’est moins bon !

Je suis un grand amateur de polar, je dois même vous avouer que c’est ma principale source de lecture. Quand je vais à la bibliothèque je me désole souvent d’avoir ENCORE emprunté un polar. Mais je n’y peux rien, à chaque fois les intrigues sur le dos de la couverture m’attirent. Ces meurtres sanglants et ses énigmes irrésolvables me plaisent irrésistiblement.  J’aime ces atmosphères sombres, ce flic souvent seul qui ne lâchera pas l’affaire, c’est ça ou il sombre dans l’alcool.

Les ficelles sont classiques et connues des initiés. Rentrer dans un polar, c’est un peu comme enfiler un vieux pull (ou une ex).

Du coup le concept des trilogies me plait car je sais que derrière j’ai encore deux tomes à lire, et donc rester dans le même univers.

Le problème c’est que le premier est toujours captivant, et donne envie de lire la suite. Mais j’ai l’impression que c’est difficile d’écrire un bon thriller policier en trois volumes. Justement pour une question de timing et de technique. La suite rajoute de nouveaux personnages (faut remplacer les morts) et créer une intrigue différente avec les rescapés.

Et là je suis souvent déçu, c’est exactement ce qui m’est arrivé avec level 26 une trilogie de Anthony E. Zuiker (le créateur des Experts si ça vous parle). Je n’ai même pas eu envie de lire le dernier tome. Je ne vais pas vous expliquer pourquoi, je serai obligé de vous révéler l’intrigue alors que le premier volume m’avait tenu en haleine.

Pareil pour l’excellente trilogie de Jérôme Camut et Nathalie Hug Prédation, Stigmate et Instinct.

Prédation m’a vraiment pris au tripes, c’est sordide comme j’aime. A partir Stigmate l’histoire évolue, des personnages principaux disparaissent, d’autres font leur apparition et on a pas le même affecte avec eux. Finalement on termine sa lecture par une bonne impression, mais on est pas sur le cul. Dommage, car la fin est un élément déterminant pour juger de la qualité d’un roman policier.

Je vous recommande quand même vivement la lecture de Prédation, après c’est vous qui voyez pour la suite. Mais on a toujours envie de savoir…

Join the Conversation

17 Comments

  1. says: Rachel-Marie