Ma visite de la boutique Abercrombie Paris

Boutique Abercrombie

Pour faire plaisir à mon apprentie modeuse de fille et parce que je suis un papa exemplaire, j’ai pris mon courage à deux mains et je l’ai accompagné dans la boutique Abercrombie des Champs Elysées. Une visite chez Abercrombie, c’est une histoire, une expérience, une véritable aventure urbaine.

Samedi 14h30, Paris, 23 avenue des Champs-Elysées
Nous arrivons devant une queue d’environ 100 mètres. C’est la deuxième fois que je renonce à y rentrer, poireauter pour une boutique ce n’est pas mon truc.

14h32 : je me dis que cela ne va pas être si long, allez, on va tenter le coup !

14h40 : on avance bien, je suis en train de Twitter que je suis devant la boutique Abercrombie, je prends des photos de la foule. J’ai légèrement oublié ma fille qui patiente tranquillement, de toute façon, elle sera sage car elle veut accéder au Saint Graal de la consommation hype pour ados.

Les gens ont l’air résigné, par contre les touristes sont plutôt surpris, certains viennent nous demander pourquoi on est aussi nombreux à faire la queue, ils sont encore plus étonnés quand on leur répond que c’est uniquement pour rentrer dans une boutique de fringues car la file d’attente est encore plus impressionnante que celle du Grand Palais…

15h00 : J’en ai un peu marre mais je ne vais pas abandonner maintenant ma fille ne me le pardonnerait jamais. Je me demande si quand on vient faire un échange on doit encore faire à nouveau la queue ? De nombreuses personnes essayent de resquiller en se faisant passer pour des VIP. Le service de sécurité est ferme mais efficace…

15h30 : Je n’y crois pas, on est devant la porte, nous serons les prochains à rentrer. J’en profite pour faire de nouvelles photos juste devant la grille… Je n’oublie pas de faire mon check-in sur Foursquare : « I’m enfin at Abercrombie Paris »…
Je regarde ma fille d’un œil attendri devenir hystérique comme si elle avait vu Justin Bieber chanter en duo avec les Black Eyed Peas lorsque on nous autorise à rentrer.

Nous passons devant les videurs qui sont en moins une dizaine, tous en uniforme : Converses noires et vêtements Abercrombie. Sauf que contrairement à des videurs ils sont d’une politesse extrême.

15h32 : Nous avançons dans une allée de graviers blanche impeccable. Forcement, il y a un mec qui passe sa journée à la ratisser. Et oui, un mec payer à ne faire que ça toute la journée. Nous croisons deux ou trois autres personnes qui sont là pour surveiller l’allée (ou le mec qui ratisse ?) en nous disant bonjour. Nous ne sommes pas encore rentré que nous avons déjà croisé 20 personnes du staff…

15h33 : nous rentrons dans le temple. Un Apollon tout d’abdos vêtu nous accueille avec son plus beau sourire Ultra Brite.

Au début j’ai cru que l’on était en face, au Queen. On est dans le noir, il y a de la musique à fond, des jeunes gens qui dansent un peu partout. C’est marrant.

L’intérieur de la boutique AbercrombieL’organisation est impeccable, c’est immense, il y a beaucoup de monde, mais cela n’est pas désagréable. Tout est fait pour que l’on accède facilement aux produits.
Partout on nous dis  «Hello, Welcome, may I help you ?» Cool on est à New-York, j’aime le dépaysement.

Des vendeurs passent le balais toutes les 5 minutes, d’autres parfument les rayonnages, je comprends pourquoi ma fille en rentrant m’a dit, ça sent Abercrombie… Génie du marketing…

D’autres mesurent avec une règle l’espace entre le bord de l’étagère et les vêtements, et les alignent… Soucis du détails quand tu nous tient…

Et ceux qui ne font rien dansent un peu partout dans le magasin….

A un moment je regarde attentivement un pull à 300 euros lorsqu’un vendeur me propose son aide. Je lui demande si le pull est en Cachemire (vu le prix) ? Et là il me regarde comme si je lui avait demandé de me situer la Perse Antique sur Google Map. « Désolé monsieur, mais là je ne peux pas vous aider». Ce n’est pas grave, tu es beau, retourne danser ça sera mieux pour tout le monde.

16h00 : J’en ai un peu marre de tout ce barnum, j’aurais bien offert un sweat à ma fille, juste comme ça, pour amortir le temps d’attente, mais les impôts venaient de passer et le discours de Fillon ne m’a pas encouragé à déconner avec ma CB…

Il est trop tôt pour commencer les cadeaux de Noël et avec un peu de chance Abercrombie sera démodé à Noël. Cela m’arrangerait, car je lui ai promis de revenir pendant les vacances pour lui acheter son cadeau…

18 Commentaires

  • j’ai ri…
    Non mais sérieusement quoi!! il faut arrêter!
    tu m’étonnes qu’avec une mentalité pareille, il y ait si peu d’indignes à la Défense.

    Sinon il était en cashemire ou pas le poul??

  • Grand fou !
    Je suis passé devant il y a quelques semaines, sans savoir sur le moment ce qu’était cette file d’attente… Et quand j’ai vu le nom de l’enseigne sur la plaque, je me suis dit : NO WAY !

  • cubik > N’importe quoi mais ça marche !

    Frogita > Aucune idée, je n’ai pas eu le courage d’aller demander à quelqu’un d’autre. De toutes façons, je ne l’aurai pas acheté. Le logo avec un énorme Elan, non merci.

    Xav > Attends encore quelques années, tu verras, pour nos enfants on est prêt à faire n’importe quoi. Dire qu’il va falloir que j’y retourne. Et encore, il ne faisait pas trop froid ce jour là…

    Manou > Tu as vu ça un peu 😉

  • Quand tu vois le nombre de boutiques A&F aux Etats-Unis (dans chaque centre d’achat quasiment), les américains doivent être mort de rire (au mieux) en voyant cette file devant le magasin ! A&F est rendu aussi « classe » que Gap, je pense que la France est devenue leur nouveau terrain où développer la coolitude autour de la marque. Ils en profitent, font du cash, vite, avant que le soufflet retombe… Et ils ont raison finalement…

  • Damdam > Pour nous qui sommes du vieux monde, c’est une révolution 😉 Par contre quels sont les prix aux Etats-Unis, parce qu’en France, c’est quand même exorbitant pour du streetwear…

  • Hell’eau,
    A ce rythme, j’allais te dire d’aller à NY… t’amortira car c moins cher et c bien + dépaysant 😉
    Tu prends une valise et tu forgues au potes de ta fille…
    A quand la queue devant les dive shops???
    Have fun

  • je n’ai pas honte de dire que je découvre la vie… passé 10 000 fois et me demandant à chaque fois mais c’est quoi cette foule ! Bon bah voila…. ta fille pourrait te faire un cadeau pour cette épreuve. 😉

  • Je confirme à New York , point de queue … mais il y a déjà 4 ou 5 magasins dans la ville.
    Et puis un petit tour de 5 minutes m’a valu toute une journée de migraine, donc la prochaine fois je m’abstiens !

  • salut,
    T’es maso ou quoi une heure de queue pour entrer dans un magasin de fringues et en plus ne rien acheter!!!
    faut être parisien pour faire ça
    T’aurais mieux fait d’aller à la campagne prendre l’air
    A moins que ce ne soit du snobisme…

  • J suis allée mon du dieu c a ce moment la que jai compris le vrai sens du mot FAIRE LA QUEUE et en plus c pas donner les gens qui y travaillent doivent attraper des cancers tellement il y a de parfums!! XD enfin bon le truc coll c kon a le droit a une petite foto a la fin :p Mankerer plus kelle soit payante mdr’

  • Si vous pouvez aller chez Abercrombie en semaine avant 17 heures il n’y a personne et on ne fait pas la queue. Sauf évidement pendant les vacances scolaires. Le samedi même avant l’ouverture (10 h) il y a déjà du monde qui attend.

  • Vanessa > Effectivement, il parait qu’en semaine on n’attend pas. Depuis Cette note, j’y suis retourné deux fois le samedi matin. Et à chaque fois j’ai attendu au moins 3/4 d’heure. Mais ça commence à se calmer. En plus entre le bruit assourdissent et l’odeur de parfum insoutenable c’est impossible de rester longtemps. Tant mieux les client tournent plus vite. Par contre, je pleins les vendeurs et ceux qui travaillent là.
    C’est un marketing qui plait aux jeunes, mais pour combien de temps….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *