L’iphonographie

L'iphonographie

J’avoue en ce moment être passionné par l’iphonographie, cet art de prendre, de modifier et de diffuser des photos uniquement avec son téléphone de façon instantanée et rapide. Bien sûr, c’est limité, les photos sont souvent jolies, voir impressionnantes sur un téléphone mais donne un résultat déplorable sur un écran d’ordinateur.

Mais j’aime la notion d’instantanéité et de partage de photos. J’utilise principalement Instagram pour diffuser mes photos, car ce réseaux social est vraiment puissant et convivial. Je n’utilise pas toujours les filtres proposés, je les retouche souvent avant avec d’autres applications (j’avais déjà écris une note sur les meilleures applications photos pour Iphone).

L’Iphonographie est un genre à part qui se développe très vite, qui je l’espère restera éphémère car rien ne vaut le véritable travail de photographe avec un vrai matériel, des prises de vue travaillées et surtout une absence totale de filtres et d’effets à outrances.

C’est peut être justement les effets qui rendent l’iphonographie aussi populaire en ce moment. On peut quasiment prendre n’importe quoi, appliquer un filtre et avoir un résultat correct. De simples instants de vie prennent une dimension magique. On a une telle capacité créative avec un si simple appareil qui s’occupe en même temps de la prise de vue, de la retouche et du partage. En plus, on a toujours son téléphone dans la poche, ce qui rend son utilisation beaucoup plus simple pour capturer des instants de vie, sans se prendre au sérieux, juste pour le plaisir du partage.

C’est un peu le Twitter de la photo, un résultat rapide, visible mais éphémère.

Pourtant, on ne compte plus les blogs ni les Tumblr créés pour essayer de sortir les photos du téléphone, j’ai même entendu parler d’expositions dans des galeries d’art.

De nombreux ouvrages commencent à sortir pour apprendre l’iphonographie, même si je pense que cela ne s’apprend pas, c’est justement un terrain libre de contraintes, de maîtres à copier, de décideurs, chacun y est libre de faire ce qu’il veut en travaillant son propre style, ou plutôt ses styles, en s’essayant une fois au noir et blanc, une autre fois au HDR et le coup d’après à la lomographie ou au polaraoid. Les possibilités sont infinies et il ne faut pas s’enfermer ni même avoir des œillères.

Pour me suivre sur Instagram mon pseudo est denisbdry.

Mise à jour mars 2017 : J’ai écrit un nouvel article pour faire de belles photos sur Instagram en 2017 avec de nouvelles applications.

Join the Conversation

10 Comments

  1. says: Denis

    Anne et Folie > Je sais, je vous suis…

    Frogita > Ca va venir…

    J’ai oublié de parler d’hipstamatic qui a une fonction sociale. J’aime beaucoup le concept mais l’appareil (car il s’agit d’une simulation d’appareil) est plus complexe à appréhender, le résultat assez aléatoire mais on a souvent de bonnes surprises.

  2. says: Jean Bon

    J’avoue que je ne te trouve pas extraordinaire en tant que photographe, bon, en même temps, ce n’est pas ton métier, par contre, je te trouve plutôt doué en iphonographie.

  3. says: Denis

    Merci Sophie et bienvenue ici !!!
    Pour l’instant la clope, ça va très bien. J’évite d’en parler car ce n’est pas ma première fois mais tout va bien, je le gère beaucoup mieux qu’avant.

  4. says: Susan McIntire

    I struggle with what I remember from my college French class, but I think I understood most of what you wrote and I feel the same way about instagram.

  5. says: Denis

    Susan > Well done for your french, and welcome here.
    In this post, i talk about all the applications i use for make nices pictures for Instagram.
    See you on Instagram, i like your photos !

Leave a comment
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.