L’exemple c’est nous

Apprendre les choses de la vie C’est bien beau de vouloir montrer l’exemple, mais encore faut t’il avoir un comportement exemplaire.

Quand on est jeune, on fait semblant, on compose. Je ne pense pas avoir donné souvent le bon exemple, parfois par erreur ou par hasard, ou peut être pour impressionner une fille.

Et puis un jour cela m’est tombé dessus, tout d’un coup. Le jour ou ma fille est arrivée, je ne savais pas encore ce que cela voulait dire et j’ai mis du temps à réaliser.

Quand elle était bébé, je pouvais encore me permettre de faire n’importe quoi, elle n’était pas en âge de comprendre. Et puis elle a grandi et c’est dans ses yeux que je m’aperçois que je suis devenu sans vraiment le vouloir une grande personne. Quand elle parle des « parents », je ne réalise pas toujours qu’en fait, elle parle de moi.

Elle parle des adultes avec respect, ce sont des gens sérieux qu’il faut imiter, alors je dois faire gaffe à mon vocabulaire, je reste cool mais je montre l’exemple, car elle me suit et je n’ai pas envie de la décevoir.

Ce texte à été écrit pour la campagne participative l’exemple c’est nous, programme de prévention de la maltraitance (Ministère de la Communauté française de Belgique)

7 Commentaires

  • C’est vrai au moins dans les premières années de leur vie, nous sommes un exemple ! Ne plus traverser n’importe où et n’importe comment quand on leur conseille de bien regarder si le petit bonhomme est vert !
    Aujourd’hui encore, quand ma fille pique une crise, je lui dis que même quand ma mère m’agace, je ne lui manque pas de respect et je n’utilise pas de mots grossiers ! On s’aperçoit souvent que propos racistes, comportements agressifs au volant ou mépris pour ses contemporains sont des "imitations" des parents !

  • Très touchantes ces quelques lignes, l’air de rien …
    J’y pense quand je vois mon frère et son fils, un sacré changement que j’ai vu dès la maternité.
    D’un coup, il avait changé, il devait être responsable, mais en plus des "obligations" j’ai vu que c’était vraiment au fond de lui.
    C’est beau à voir, même si c’est un cap pour une petite sœur 😉

  • Analyse intéressante.
    J’aime bien la remarque : "Quand elle parle des "parents", je ne réalise pas toujours qu’en fait, elle parle de moi."
    Ça me fait penser aux enfants qui me disent "Monsieur", ça fait bizarre 😉

  • Louisianne > Ma fille est très polie, mais elle n’a que dix ans. J’ai du mal à l’imaginer me parler mal, mais il parait que ce sont des choses qui arrivent à l’adolescence. Je redoute ce moment là comme la peste.

    Anne Claire > Merci, quand on dit qu’un enfant ça change la vie, c’est pour beaucoup de raisons. Ma fille grandit et moi aussi.

    Legweak > J’ai horreur quand des enfants me disent "Monsieur", pourtant à la sortie de l’école, ça arrive souvent.

  • L’exemplarité, montrer l’exemple… Le bon, évidemment… J’avoue ne plus trop savoir, même si j’y crois fondamentalement il y a un tel écart entre l’enfance et l’adolescence, avec mes deux mecs parfois je désespère un tantinet, disons que c’est long !

    Bleck

  • Pas facile en effet l’éducation, bien se tenir devant les enfants, et encore ta fille est dans un âge où tu peux encore l’impressionné. Mais avec l’adolescence c’est plus pareil. Le mien 16 et demi, "il connait déjà tout de la vie", sans blague !!! on n’a plus rien à lui apprendre (enfin c’est ce qu’il croit bien sûr). Mauvais moment à passer pas facile à gérer, sans vouloir te faire peur, chaque enfant est différent.

  • Bleck > C’est vrai que j’ai oublié de préciser ce qui me semble indispensable : le bon exemple…. Merci de me le rappeler. Pour l’adolescence, moment tant redouté des parents, j’ai encore un tout petit peu de temps, mais j’ay arrive. Grrrr

    Pilisi > Je suis sîr que ma fille sera adorable à l’adolescence. Ca ne peut pas être autrement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *