Moleskine et Filofax

Filofax Fan de nouvelles technologies, il y a deux choses que l’informatique n’a toujours pas réussi à remplacer : mon vieux Filofax et un bloc notes.

Ca me gonfle d’avoir à allumer un truc pour prendre un rendez vous ou de taper une adresse sur un mini clavier, il faut que ça aille vite, j’ouvre une page et je griffonne, et tant pis si mes contacts ne sont pas classés par ordre alphabétique, au contraire, c’est chronologique, ma famille et mes plus vieux potes sont en premier.

Le palm je ne trouve pas ça pratique (pas les palmes pour nager, hein).
Et puis à chaque fin d’année, avant de remplacer la recharge de mon agenda je regarde ce que j’ai fait dans l’année. Je peux aussi y coller des trucs et faire des petits dessins.
L’inconvénient c’est que c’est un peu intransportable, mais je ne note pas autant de choses dans le journée et j’arrive à le mettre à jour le soir chez moi.

Moleskine Le deuxième truc que j’adore, c’est le Moleskine, vous savez, le carnet d’Hemingway, il n’y a rien de plus pratique pour prendre des notes. Les meilleures idées, on ne les a pas devant son clavier, mais dans la rue, ou le soir dans son lit. En ce moment d’ailleurs, je devrais en laisser un sur ma table de nuit pour noter mes rêves délirants.

On pense et on oublie, c’est la vie, c’est la vie, mais c’est dommage.

Grâce à mon Moleskine il y a sûrement des notes qui n’auraient jamais été écrites ici.
Et puis je peut aussi gribouiller des idées de photos, essayez de faire ça avec un dictaphone.
Et puis le papier c’est noble quand même, on est suffisamment entouré d’écrans et de claviers.

11 Commentaires

  • Et puis la sensualité de la plume sur le papier ne sera jamais égalée par le meilleur des claviers… Et le bruit du crayon de papier… ou le feutre, légèrement grinçant, ou qui "gratte". Il n’y a que le bille qui ne trouve pas grâce (mais s’avère pratique).
    Et l’odeur du papier, du cuir, de l’encre…

  • Je note mes idées sur mon PDA en permanence. J’y suis passé en 2000 alors que j’étais au filofax avant. Et je ne suis pas retourné au papier.

  • J’ai ramené 2 moleskines bien pleins de mes notes de voyage !
    Bon, le moleskine, c’est un peu branchouille quand-même ! Parce que franchement, on pourrait écrire sur un bon vieux cahier gros carreaux 10 fois moins cher. Mais c’est vrai que le format carnet de bord est pratique et surtout le papier est agréable et permet de laisser courir la plume…

  • Bizarrement, je n’arrive pas à ecrire sur du papier… je me suis souvent acheté des agenda et autres… mais non, il me faut un ordi ou autre pda pour prendre des notes et organiser mes rendez vous… en plus depuis l’arrivée de google agenda, c’est encore plus pratique… Mais bon à chacun sa manière de faire

  • jathenais > Ca je suis entièrement d’accord avec toi, c’est comme le ebook, ça ne passera jamais chez moi, un livre ça a une sensualité, une odeur.
    Par contre tu ne me feras pas lâcher mon portable pour autant.

    Jean-Hub > C’est pour faire genre 😉

    Marie > Je te l’accord, la marque c’est juste parce que cela fait chic, pendant des années, j’ai eu des blocs notes Clairefontaine…

    celk19 > Moi aussi au bureau je n’ai plus de papier et outlook reste mon plus vieil ami, mais quand je suis à l’extérieur un bout de papier me suffit.

  • Je suis aussi un adepte du carnet de notes (voyage, balades ou notes diverses au cours de la journée). Je suis parti au Groenland avec un Moleskine (neuf) mais je ne l’ai pas utilisé (il me restait de la place sur mon ancien carnet). Il a beaucoup voyagé mais il n’en gardera aucune trace 😉

  • Ah Denis ! C’est tellement vrai ! Et bon de le voir écrit par un geek… Quand aux carnets moleskine, je les avais choisis comme fil rouge des Carnets d’Expédition…

  • Moleskine j’adore ! J’en ai deux. un grand (pour les grendes idées) et un ptit, que je trimbale presque partout.. Ca ne m’empêche pas de trimbaler tous mes trucs électroniques. mais l’un n’empeche pas l’autre..

  • clair qu’il va falloir que je reprenne pleine chose ecrites dans le mien durant ce voyage..,.car plein de choses que je n’ai pas raconte et que j’ai deja oublie mais que je redecouvre en me lisant

  • Sauf que…
    C’est une invention marketing à laquelle apparemment on s’est tous laissés prendre. Hemingway, Matisse et consors n’ont jamais utilisé ces carnets, par ailleurs très agréables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *