J’ai plongé avec Umberto Pelizzari

Umberto Pelizzari La semaine dernière je vous parlais de mes stars à moi, avec lesquelles j’ai échangé quelques mails depuis que j’ai ouvert ce blog. Mais j’ai aussi plongé avec un grand homme : Umberto Pelizzari, un apnéiste hors pair détenteur à l’époque de nombreux records.

C’était en 2001 alors que j’étais en Sardaigne au Club Med de Santa Teresa, il avait un club de plongée en face des îles Lavezzi que l ’on surnommait à l’époque Mérouville à cause de la quantité considérable de Mérous qui s’y trouvaient.

Je venais juste de passer mon niveau 1 et officiellement je pouvais enfin plonger dans un club (car la plongée sauvage je connaissais déjà, mais ça, c’est une autre histoire). Mon premier carnet de plongée dans la poche j’ai foncé dans son club pour pouvoir plonger avec lui.

Cet homme n’a rien à voir avec les moniteurs que l’on connaît d’habitude, vantards et fêtards. Lui il reste humble et super cultivé, parfaitement trilingue (peut être plus, je n’ai pas vérifié), un corps sain dans un esprit saint grâce au Yoga et au prāṇāyāma, technique inspirée de Jacques Mayol.

C’est quand on le voit en mer et surtout sous l’eau qu’Umberto Pelizzari est vraiment impressionnant. On sent que cet homme aime la mer.

C’est son équipe qui nous guidait en scaphandre, lui ne faisait que passer nous voir sans bouteille, libre comme l’air, évoluant comme un poisson et venant nous demander à 30 mètres de fonds si tout se passait bien, alors que j’avais plutôt envie de lui répondre : « mais c’est à toi qu’il faudrait demander ça, car moi j’ai de l’air sur le dos »

Il évoluait entre des plongeurs à la démarche lourde, encombrés par des bouteilles d’air comprimé, et lui tel un dauphin, il nous narguait presque avec sa légèreté et son élégance.

Je me rappelle très bien à la sortie de l’eau, un des moniteurs demande au groupe si notre plongée c’est bien passée et si nous avons vu de belles choses sous l’eau et les femmes ont toutes  répondues en cœur : « On a vu Umberto ! » C’est vrai qu’il est impressionnant avec sa façon de nager et de se mouvoir dans l’eau.

Quand je plonge à Marseille, j’ai toujours un grand respect pour les apnéistes que je croise au fond de l’eau, immobiles à l’agachon pendant plusieurs minutes.

J’ai toujours préféré emporter de l’air avec moi, mais peut être que depuis que je ne fume plus, je vais me remettre à l’apnée.

Le site www.umbertopelizzari.com

11 Commentaires

  • La premiere fois que j’ai plongé ( en bouteille) j’ai enfin compris le trésor que ces hommes ont en faisant de l’apnée … Un moment extraodinaire , qui se vit , pour le comprendre !

  • Doc > Elle me racontera ça demain soir.

    Eric > Je sais, il faut que j’organise ça, avec Jean-Hubert justement, en septembre ça te dis, avant ça va être difficile au niveau timing.

    Jean-Hubert > Un mutant, j’aime bien l’expression mais c’est un peu exacte, il y a des gens hors norme comme ça, mais il s’est beaucoup entrainé aussi.

    Ik > Et oui les bouteilles, c’est lourd et encombrant, en apnée on se sent libre (j’allais dire comme l’air mais non). Mais je préfère quand même la plongée bouteille, on passe plus de temps sous l’eau, c’est complètement différent.
    Bref ça me manque en ce moment.

  • jolie note Denis. C’est très fascinant tout cela. Visiblement, plongée bouteille et plongée apnée relèvent de deux philosophies (de vie ?) différentes. Peut-être un rapport avec la mer plus charnelle pour l’apnée, et quelque chose de l’ordre du regard, du spectacle, pour la bouteille ?

  • Laurent < tu as tout à fait compris la différence entre les deux disciplines, l’une étant beaucoup plus sportive, l’autre plus contemplative (enfin en tant que loisir car on se sert aussi de la plongée avec scaphandre pour y faire des travaux).

  • Je suis tombé par hasard, via sites de plongée bouteille sur la possibilité de faire un stage de plongée libre avec et par Umberto pelizzari, le jour même j’ai envoyé mon inscription….un beau cadeau a moi-même, j’attend l’événement
    avec impatience.

  • La plongée sous marine c’est magique… dés que tu peux mets toi à l’apnée, les sensations sont carrément autres!
    On fait le vide, on a vraiment l’impression de faire partie de la mer 🙂

  • UMBERTO PELLIZZARI, un homme dont les performances sportives n’ont d’égal que sa gentillesse, sa bonne humeur et sa simplicité.

    Nous avons eu l’honneur, ma femme et moi et quelques autres chanceux d’un heureux hasard de plonger en apnée avec lui au Club Med dans les Caraïbes et de passer une partie de la soirée en sa compagnie.

    Un souvenir qu’on n’oublie pas.

    Je vous souhaite à tous de le rencontrer et de partager ces moments magiques au fond des océans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *