Scoop.it, un outil de curation qu’il est bien

scoop.it

ouais, ouais, ouais… Cela faisait quelques semaines que j’attendais mon invitation pour tester Scoop.it un outil puissant de curation.

J’avais précédemment essayé paper.li qui ne m’avais absolument pas convaincu. Celui-ci se contente de mettre en page (non reférençable) vos twitts et ceux de votre timeline.
Aucun intérêt sauf pour tenter d’expliquer à votre boss à quoi sert twitter avec une version graphique.

Depuis quelques jours, je test donc Scoop.it qui lui est vraiment plus complet. Il peut reprendre n’importe quelles sources du web (Google, Youtube, Twitter…) et les afficher sur une page avec une mise en page un peu austère, mais efficace.

On peut créer plusieurs sujets, j’en ai profité pour faire une page spéciale Projet les Halles, chose que j’avais déjà sur Facebook.

L’énorme avantage c’est que c’est un très bon outils de veille. Scoop.it se débrouille plutôt bien naturellement, on peut rajouter ses propres sources d’informations (Ce que vous lisez déjà sur Netvibes), et rajouter manuellement des articles en donnant simplement une URL.

J’avoue que c’est plutôt cool est addictif, on s’amuse à rassembler pleins d’articles, on brasse des tonnes d’informations, on peut même aller la piquer ses les autres utilisateurs de Scoop.it.

L’outil a un énorme potentiel que je vous engage à tester.

Par contre je me pose quand même la question de savoir à quoi cela va servir à moyen terme.

On arrête pas de parler des curators depuis quelques mois, mais c’est un simple pillage de données existant ailleurs.

On est déjà noyé avec des informations dans tous les sens entres les flux rss, Twitter, Facebook et les blogs, si en plus on vient rajouter une compilation de tout ça, il ne nous restera plus beaucoup de temps pour vivre.

La notion de curation peut être efficace sur un compte privé pour faire de la veille technologique ou suivre sa réputation sur le web, mais de là à penser que les curators sont le futurs blogueurs de demain, j’ai un doute.

Et puis à la base il faut bien quelqu’un pour écrire du contenu avant de penser à le partager. Et en veille pro, mettre à disposition toutes nos recherches pour nos concurrents, je trouve cela moyen comme concept.

On arrive à un moment ou on ne lit même plus ce que l’on partage. Alors s’imaginer que quelqu’un va être attentif à ce que l’on publie, j’ai là aussi un gros doute.

Encore un jouet de plus… ou un moyen d’exister sur le web sans jamais écrire un ligne. Je cherche la valeur ajoutée ?

Voir ma page Scoop.it sur le Projet des Halles,

Mon profil Scoop.it

4 Commentaires

  • Oui on pourrait s’y méprendre, ça ne fait que « récupérer ce qui est écrit à droite à gauche » si j’ai bien compris (un aspirateur de sites on-line en gros ?)

    Très bien pour faire de la veille, en effet. Tu as des invits où bien il faut les demander ?

  • Legweak > C’est bien pour faire de la veille mais c’est public, dont en libres accès au concurrents.
    Je n’ai pas d’invits, le site est encore en beta, il faut juste faire une demande et tu recevras une invite dans la semaine.

    ennA> C’est presque redondant, disons que sur Netvibes tu auras le flux rss d’un site, tout ne t’intéresse pas forcement.
    Scoop.it te permet d’ajouter des articles un par un. C’est plus précis. Et c’est une façon de créer des page sans rien écrire. Un truc de flemmard, ou alors il faut être très doué et avoir de bonnes sources. Que tu n’as pas forcement envie de donner à tout le monde.

  • A minima, ça ne coute rien de surfer sur scoop.it. On trouve pas mal d’utilisateurs très pointus dans leur domaines qui partagent des articles très intéressant. Après, pour une stratégie de veille personnelle, mieux vaut ne pas utiliser cet outil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *